Assurance-et-securite.fr » Votre assurance » Quel prix pour une assurance jeune conducteur ? Une hausse des surprimes

Quel prix pour une assurance jeune conducteur ? Une hausse des surprimes

Les jeunes conducteurs sont euphoriques puisqu’ils viennent de décrocher leur permis de conduire, ils peuvent alors prendre le volant, mais la joie est rapidement remplacée par quelques émotions moins sympathiques.

En effet, la souscription d’une assurance peut s’avérer chaotique à cause des coûts. Ces derniers sont beaucoup plus élevés par rapport à un contrat classique, car l’expérience n’est pas au rendez-vous.

Il faut alors jongler avec les surprimes et les comparateurs sont indispensables. Vous aurez désormais une réponse pour une question très pertinente : quel prix pour une assurance jeune conducteur ?

Des coûts très élevés pour ces profils

Même si vous conduisez une berline peu performante et d’occasion, les coûts seront beaucoup plus élevés. En fonction des assureurs, vous pouvez même constater une nette différence de plusieurs centaines d’euros par rapport à un automobiliste qui a une expérience de plus de trois ans. Vous ne pouvez pas lutter contre ces surprimes qui pourraient être un peu plus faibles si vous avez opté pour la conduite accompagnée. Les organismes estiment que votre savoir-faire est un peu plus conséquent.

  • Vous aurez bien sûr une différence très importante entre un contrat classique au tiers et tous risques.
  • Vous pouvez généralement multiplier pratiquement par deux le prix entre ces deux contrats.
  • En moyenne, une assurance au tiers chez Axa, la Macif ou Matmut, vous devez débourser près de 800 euros pour des garanties de base.
  • Les prix s’envolent pour le tous risques, ils atteignent 1800 euros pour la Macif.
  • Vous aurez aussi une hausse des franchises qui peuvent être supérieur à 300 euros pour un dommage classique.
  • La palme revient sans doute à GMF puisque les prix passent à plus de 2000 euros pour une voiture traditionnelle.

C’est pour cette raison que les conducteurs optent pour une berline d’occasion avec un âge très avancé. Ils peuvent ainsi opter pour une assurance au tiers et surtout réduire les coûts puisque la valeur à l’Argus est relativement faible.

Quelques exigences sont à respecter

Les jeunes conducteurs doivent se confronter à une hausse des coûts, mais il y a aussi des conditions à respecter, car certains organismes peuvent réellement fermer leurs portes. Par exemple, pour la Banque Populaire et Aviva, les parents doivent être clients pour que le jeune conducteur soit accepté, dans le cas contraire, il ne pourra pas obtenir un contrat même au tiers. Pour Amaguiz, les conditions sont également plus complexes, car il faut avoir plus de 23 ans. Vous êtes parfois poussé à la consommation en souscrivant plusieurs contrats. Du côté du Gan, vous serez accepté pour une assurance auto au tiers ou tous risques si vous optez en parallèle pour un contrat habitation.

N’hésitez pas à utiliser dans ce cas de figure un comparateur, car il est beaucoup plus facile de trouver les organismes compatibles avec les jeunes conducteurs. Cela vous permet aussi de confronter plus aisément tous les tarifs qui s’envolent sans aucune difficulté.

Comment réduire les coûts ?

Malheureusement, les jeunes conducteurs n’ont pas forcément la possibilité de réduire les coûts, car ils n’ont pas de bonus. Ils peuvent toutefois prendre une voiture très ancienne dont la valeur est très faible, cela permet d’avoir une assurance au tiers relativement convenable. D’autres conduisent la voiture de leurs parents en fonction des disponibilités de chacun.

Cela permet d’être inscrit en tant que conducteur secondaire et ce sont les parents qui paient la cotisation, ils peuvent ainsi appliquer le bonus éventuel qu’ils possèdent. Soyez toutefois vigilant, car même avec cette stratégie, l’organisme peut aussi appliquer de légères surprimes.